Icône écrite par soeur Jacqueline Poirier,

recluse missionnaire

_____________________________________________________

ORIGINE DE LA RÉDACTION

Cet « Acte de Confiance à Saint Joseph » a été composé vers 1975 par notre doyenne, sœur Lucia Poirier, décédée le 10 août 2018. Dans une enveloppe scellée et adressée à celle qui serait supérieure lorsqu’elle décèderait, se trouvait une lettre dans laquelle sœur Lucia exprimait son désir que son « Acte de confiance » soit lu à l’homélie de ses funérailles. Ce qui fut réalisé.

En ce mois de mars où nous fêtons saint Joseph le 19, nous vous partageons l’Acte de confiance de notre sœur pour que vous puissiez le prier, si désiré en guise de neuvaine (du 10 au 19 mars) et ainsi développer ou fortifier votre confiance envers saint Joseph!

_____________________________________________________

Joseph, toi qu’on appelle charpentier de Nazareth,

l’homme des tâches humbles et petites,

l’ouvrier qui ne se remarque pas.

Tu passes sans phrase, ni geste,

tu sembles assez quelconque,

car tu restes dans la ligne des devoirs

que la Providence te trace.

Tout simplement tu te tiens là,

devant Dieu,

dans une attitude d’écoute et d’attente.

Dieu, dans son dessein providentiel

a voulu te confier sur la terre

le titre de père de son Fils unique

et d’être le premier avec Marie, ton épouse,

à offrir au monde entier la « Lumière des Nations ».

Renouvelle aujourd’hui ton geste d’offrande

en me présentant au Père moi qui veux de plus en plus

n’appartenir qu’au Christ-Jésus.

Consciente de mon indigence,

offre-lui d’abord ma pauvreté spirituelle,

ma pauvreté morale,

ma pauvreté dans la pratique de la vertu;

mais dis-lui, Joseph, que bien qu’indigente aujourd’hui,

j’espère en lui.

Offre-lui mes efforts,

ma bonne volonté dans l’acquisition d’un véritable silence,

silence rempli de Dieu.

Comme toi, Joseph,

conscient du grand mystère où tu étais engagé,

je suis habitée par un profond besoin de silence.

Donne-moi le goût du silence

pour que je sois toute à l’écoute de Dieu.

Enfin, offre à Dieu notre Père, tout mon être,

telle que je suis,

mais surtout, n’oublie pas de lui offrir

les merveilles de grâces qu’il opère dans mon âme par toi.

Et à ma dernière heure, je compte encore sur toi

pour m’introduire auprès des anges et des saints

pour chanter éternellement les merveilles de Dieu.

AMEN