Devenir bien-aimé

Classé dans : Henri Nouwen, Partage-Communion | 0

Réflexions sur le livre d’Henri Nouwen

« Lettre à un ami sur la vie spirituelle »

Henri Nouwen
Henri Nouwen

Devenir bien-aimé

Se savoir bien-aimé et le croire vraiment nous permet de devenir le bien-aimé et Henri Nouwen nous dit que c’est le plus grand voyage spirituel: Devenir bien-aimé, c’est laisser notre condition de bien-aimé s’incarner pleinement dans tout ce que nous pensons, disons et faisons. Sa Lettre à un ami sur la vie spirituelle est une vibrante affirmation que nous sommes tous et toutes aimé(e)s de Dieu et que nous pouvons tous vivre une « vie de bien-aimés ».

Mais comment le devenir? Cela suppose un long processus d’appropriation de soi et passe par une transformation au quotidien. Nouwen s’intéresse aux mouvements de l’Esprit et utilise quatre mots pour les identifier: pris, béni, brisé et donné. Ces mots résument sa vie de prêtre: Quand je me retrouve autour de la table avec des membres de ma communauté, je prends du pain, je le bénis, le romps et le donne. Ces mots résument ma vie chrétienne parce que, comme chrétien, je suis appelé à devenir pain pour le monde, du pain qui est pris, béni, rompu et donné.

 

Parallèles avec le mystère eucharistique

Le Nouveau Testament nous livre quatre récits de l’institution de l’Eucharistie: trois dans les évangiles synoptiques et un dans la première lettre de saint Paul aux Corinthiens. Chacun de ces récits emploie les mêmes mots pour décrire les gestes posés par Jésus. On pourrait parler des quatre mots clés de l’Eucharistie: prendre, rendre grâce, rompre et donner. L’Église reprend ces quatre gestes du Maître dans la célébration de l’Eucharistie. Ils composent l’ordonnance de la liturgie eucharistique: l’offertoire, la prière d’action de grâce ou de bénédiction, la fraction du pain et la communion.

Dans ces quatre mots clés pour comprendre la vie de Jésus, nous trouvons un résumé de toute vocation centrée sur le mystère eucharistique. Ces mots expriment les attitudes au cœur d’une spiritualité centrée sur l’Eucharistie, et plus précisément de la spiritualité reclusienne: l’offrande, l’action de grâce, le dépouillement et la communion. On peut les identifier aux mouvements de l’Esprit dans notre vie spirituelle.

 

Réflexions des prochains mois

Prendre – Bénir – Rompre – Donner. Ces quatre mots sont devenus les plus importants de la vie d’Henri Nouwen: Ils expriment autant les vérités les plus spirituelles que les plus séculières. Ils parlent à la fois des comportements les plus humains et les plus divins. Au cours des prochains mois, nous allons en découvrir tout le sens en puisant dans sa Lettre à un ami sur la vie spirituelle. Puissent-ils nous apprendre comment devenir à notre tour le bien-aimé, la bien-aimée de Dieu.

 

nouwen_livre1997Genèse du livre« Pourquoi n’écrirais-tu pas, pour mes amis et moi, quelque chose sur la vie spirituelle? » Cette suggestion de son ami Fred, permit à Henri Nouwen de nous livrer un trésor caché dans ses propres profondeurs. Écrire sur la vie spirituelle pour des personnes qui ne se rattachent à aucune tradition spirituelle et qui sont plutôt préoccupées par les soucis de la vie quotidienne, voilà tout un défi pour Nouwen pourtant habitué d’écrire, mais pour un public croyant comme lui. Mais l’insistance de Fred lui fit comprendre le besoin d’une spiritualité qui parle aux hommes et aux femmes vivants dans une société sécularisée. La réponse de Nouwen à la demande de son ami se concrétisa dans sa Lettre à un ami sur la vie spirituelle dans laquelle se résuma sa recherche en un mot: bien-aimé.