Icône du Baptême du Christ

Classé dans : Dix fêtes liturgiques | 0

 

BAPTÊME DU CHRIST

ou Théophanie de Notre Seigneur Jésus-Christ

 

Baptême du Christ-Novgorod

Étonnante est cette première manifestation publique de Jésus! Dans cet épisode du début de sa vie, se révèle également la manifestation du Père et de l’Esprit, d’où l’appellation de « Théophanie » à cette fête liturgique. Une Théophanie, du grec théos « Dieu » et phainein « briller », est une manifestation visible de Dieu. En recevant le baptême de Jean, Jésus nous ouvre la voie vers un esprit filial. Lire l’icône du Baptême de Jésus sous cet angle trinitaire permet de plonger dans le mystère de notre propre baptême.

Plongé dans l’eau

Jésus est debout dans le Jourdain. Dans l’icône de Novgorod (ci-contre), le Jourdain n’est pas représenté comme une rivière ordinaire, mais plutôt comme une grotte, rappel de la grotte de la Nativité et celle du tombeau dans lequel Jésus sera enseveli. Le baptême est un passage par la mort vers la vie. Rester sous l’eau causerait évidemment la mort; mais en ressortir avec le Christ, l’Eau Vive, procure la vie en son Esprit.

Les petits personnages, en bas dans l’eau, représentent les forces de la mort, terrorisées par l’annonce de leur défaite. Elles seront définitivement vaincues par la mort et la résurrection du Christ. On retrouvera ces mêmes personnages dans l’icône de la Descente de Jésus aux enfers.

« Voici l’Agneau de Dieu »

Jean Baptiste, debout à gauche de l’icône sur la rive du fleuve, baptise le Christ, mais le désigne également avec sa main, comme il l’avait désigné à ses disciples: « Voici l’Agneau de Dieu, celui qui enlève le péché du monde » (Jn 1,29). Dans le récit biblique de Matthieu et de Jean, Jean Baptiste est étonné du geste de Jésus. Il sait que Celui qui vient vers lui est sans péché. Pourquoi vient-il donc recevoir son baptême? Jésus répond: « Laisse faire: c’est ainsi qu’il nous convient d’accomplir toute justice » (Mt 3,15).

Baptême de Jésus de sr Jacqueline r.m.
Baptême de Jésus de sr Jacqueline Poirier r.m.

Après son baptême, l’Esprit descendit sur lui et la voix du Père se fait entendre: « Celui-ci est mon Fils bien-aimé » (Mt 3,17). Jean Baptiste avait pleine conscience que son baptême dans l’eau n’était qu’une préparation à la manifestation du Christ, qui lui, baptise dans l’Esprit Saint (Jn 1,31-33). Et ce n’est qu’après sa résurrection, lors de la Pentecôte où le Christ donne son Esprit, que son baptême devient effectif. Car l’Esprit Saint efface nos péchés en nous prodiguant l’amour miséricordieux du Père obtenu par le Christ. Et l’Esprit nous enseigne à appeler Dieu, « Père, Abba »! Il rétablit cette confiance filiale brisée par le péché. Par le baptême, le lien avec notre « vieil homme » est tranché, pour que nous vivions comme fils et filles du Père. N’est-ce pas l’accomplissement de la vraie justice?

Les anges

Les Évangiles ne parlent pas des anges au moment du baptême du Christ, mais les mentionnent seulement à la fin du séjour de Jésus au désert: « Et voici que des anges s’approchèrent de Jésus pour le servir » (Mt 4,11). À droite sur cette icône, les anges sont en posture d’adoration et tiennent en main les vêtements dont sera revêtu le Christ, prêts à l’accueillir à la sortie des eaux. En langage iconographique, les anges représentent la création invisible au service de son Créateur.

La montagne

La stylisation de la montagne en gradins, ainsi que l’absence de végétation, exprime le désert de Judée. Un seul petit arbuste illustre l’arbre de vie nouvelle qu’est le Christ, racine de Jessé.

L’ouverture de la montagne, rappel de la victoire du Christ sur l’enfermement du péché, ouvre sur le ciel figuré par un arc de trois cercles, duquel se détachent trois rayons, symboles des Trois Personnes de la Trinité. Si Jean Baptiste reconnaît en Jésus, l’Agneau de Dieu, c’est grâce à Celui qui l’a envoyé baptiser dans l’eau. L’on peut reconnaître le Père lui ayant dit: « Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, c’est lui qui baptise dans l’Esprit Saint » (Jn 1,33).

Ce jour-là, Dieu se montre tel qu’il est: le Père se fait entendre, Jésus entend cette voix qui le désigne Fils grâce à l’Esprit sous forme d’une colombe, lui ouvrant l’esprit pour entendre le Père. Demandons au Christ de nous donner son Esprit afin que nous puissions aussi entendre le Père nous dire dans son amour:

 

Celui-ci, celle-ci est mon fils, ma fille bien-aimé/e.