Icône du Christ-Sauveur de Roublev


Le Christ-Sauveur de Zvenigorod


Le Christ-Sauveur peint par Andreï Roublev est une anticipation de la pleine vision qui nous attend, de l’harmonie quand le Christ sera « tout en tous ».

Découverte de cette icône

En 1918, dans un bûcher proche de l’église de Zvenigorod décorée par André Roublev et Daniel Tchorny, ont été retrouvées les trois icônes du Sauveur, de saint Paul et de l’archange Michel faisant partie d’une Deisis. Nous ne savons pas exactement à quelle date ni pour quelle église elles ont été peintes, mais l’attribution à Roublev des trois œuvres est certaine.


Malgré le mauvais état de conservation (le dos de l’icône du Sauveur faisait fonction de plancher dans le bûcher), les icônes sont d’une exceptionnelle profondeur et intensité spirituelle. La représentation du Sauveur réunit à la fois la force (le cou gonflé, signe de la présence du Saint-Esprit qui repose dans le Verbe) et une infinie douceur, une miséricorde inépuisable qui s’exprime dans le regard.

Le Christ est en même temps le Seigneur, le fondement de toutes choses et le prototype de l’humanité transfigurée. Son visage a des traits physiques typiquement russes, cependant l’intensité du regard, centre visuel de l’icône, en fait l’Homme universel. Face à cette icône, on comprend bien l’invitation des saints Pères à contempler l’icône en priant incessamment Celui qui y est représenté et rendu présent.

Pour Henri Nouwen, l’expression du visage de cette icône l’a conduit à une profonde expérience spirituelle. Avec lui, nous sommes invités à redire:


Tu es beau, le plus beau des enfants des hommes, la grâce est répandue sur tes lèvres.

Psaume 45 (44), 3

Cette icône est aujourd’hui conservée dans les Galeries de Tretyakov, à Moscou, en Russie.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *