Les Reclus dans l’histoire: saint Théophane le Reclus

Classé dans : Les Recluses dans l'histoire | 0

Saint Théophane le Reclus

Brillant luminaire de l’enseignement du Christ

theophane2L’archevêque de Vilna Nicandre décrivit saint Théophane comme un professeur chrétien universel, même s’il ne parlait pas, et comme un personnage public, bien que reclus. Les nombreux livres composés par Théophane dans sa réclusion témoignent de sa profonde vie spirituelle. Vivant en reclus pendant les vingt-huit dernières années de sa vie, il contribua à renouveler le sens de la prière.

Vie publique

Étudiant au Séminaire d’Orel en vue du sacerdoce et ensuite à l’Académie théologique de Kiev, Théophane est reçu moine avant la fin de ses études. Déjà reconnu pour ses aptitudes intellectuelles, il devient par la suite professeur de morale et de philosophie, et est nommé recteur de l’Académie théologique de Saint-Pétersbourg. À 44 ans, il est consacré évêque de Tambov (1859-1863) et ensuite de Vladimir (1863-1866) où il ouvre deux écoles diocésaines pour filles. À sa demande, il est relevé de ses fonctions mais nommé responsable de l’ermitage de Vysha. Théophane décline cette nomination préférant se retirer en solitude au monastère Vychenskaïa Poustygne car il se sent appelé à consacrer toutes ses énergies à l’écriture spirituelle.

Vie retirée

Pendant les six premières années de sa réclusion, Théophane assiste à tous les offices et à l’Eucharistie matinale. À partir de 1872, il se retire en réclusion complète. Dans sa cellule, il construit une chapelle dédiée au Baptême du Seigneur, mystère theophane_baptemequ’il chérit particulièrement. Son temps se partage entre la prière, la lecture, l’écriture et le travail manuel. Très habile de ses mains, dans la sculpture sur bois et la serrurerie, Théophane écrit également des icônes.

Tout était simple dans la cellule du reclus. Après sa mort, on y retrouva des instruments pour la menuiserie et pour la reliure, du matériel photographique, un banc de sciage et de nombreux livres en russe, slavon, grec, français, allemand et anglais. Parmi ses livres se trouvaient une collection complète des saints Pères, une encyclopédie théologique en français de 150 volumes, les œuvres philosophiques de Hegel, Fichte, Jacobi et d’autres livres sur l’histoire naturelle par Humboldt, Darwin et Fichte.

Oeuvres, commentaires, traductions

Possédant à peine le stricte nécessaire pour lui-même, Théophane a enrichi le monde de toutes les richesses spirituelles recueillies dans sa prière, dans sa méditation et dans sa contemplation sur Dieu. Il livra sa pensée dans plusieurs œuvres sur la théologie morale et sur la spiritualité, dont La voie du salut et La vie spirituelle et comment s’y accorder. Il écrivit aussi des commentaires sur l’Écriture Sainte et travailla à plusieurs traductions, dont Le combat invisible et La Philocalie grecque.

Reconnu pour sa douceur et sa bonté, Théophane recevait quotidiennement de vingt à quarante lettres auxquelles il répondait avec sagesse. Demeuré pasteur dans son cœur, l’Évêque devenu reclus par amour pour Dieu partagea librement à tous, les fruits spirituels reçus de l’Esprit Saint.


Lettre de saint Théophane sur:

Comment faire naître l’esprit de prière?