Présentation de Marie au Temple

Classé dans : Dix fêtes liturgiques | 0

 

PRÉSENTATION DE MARIE AU TEMPLE

Fête liturgique: 21 novembre

 

presentation_de_marie_au_temple

Cette fête de la Présentation de Marie au Temple est tardive dans l’histoire. Ce n’est qu’au 8e siècle qu’elle est introduite dans l’Église. L’origine de cette fête est le Protévangile de Jacques où au chapitre VII est décrit l’entrée au Temple de Marie accompagnée de ses parents Anne et Joachim. Rappelons que cet écrit est un apocryphe du IIe siècle, non retenu dans le canon des Écritures Saintes. D’ailleurs, les Évangiles ne font aucune référence à cet épisode de la vie de Marie.

Description de l’icône de Novgorod

L’icône traduit la scène telle que décrite dans l’écrit apocryphe: l’enfant, âgée de trois ans, est représentée comme une adulte par son habillement, seule sa taille fait référence à son jeune âge. Anne et Joachim, entourés de vierges, accompagnent la petite Marie vers le Temple et la présentent au grand prêtre, souvent identifié à Zacharie, celui qui deviendra le père de Jean le Baptiste. Les cierges portés par les vierges figurent par avance la lumière qui sortira de Marie et illuminera les ténèbres.

Certaines représentations d’icônes ajoutent la scène du haut, à droite, où nous voyons Marie recevoir sa nourriture de la main d’un ange. Elle est donc déjà une créature spiritualisée, “nourrie du Saint-Esprit”, en préparation à sa maternité divine.

Saint Jean Damascène écrit en s’adressant à Marie:

Ce n’est pas pour vous que vous êtes née;
vous avez reçu la vie pour concourir au salut de l’univers
et réaliser avec Dieu
l’éternel décret de l’Incarnation du Verbe.

 

Une préparation à la Nativité de Jésus

Le sens spirituel de cette fête est en lien intime avec la Nativité de Jésus que nous célébrons à Noel. D’ailleurs, lorsque la fête de la Présentation de Marie au Temple fut introduite au 8e siècle, elle a été placée délibérément au début du carême de la Fête de la Nativité de Jésus en guise d’ouverture et de préparation. En approfondissant la signification de ce lien entre les deux fêtes, nous nous ouvrons davantage à ce grand mystère de l’Incarnation et à ses répercussions dans nos vies aujourd’hui.

Pourquoi la Tradition a-t-elle conservé cette fête? Un élément de réponse est la relation entre Marie, la Mère de Dieu, et le Temple de Jérusalem car Celui à qui elle donnera naissance est le Temple vivant du Père. Jésus lui-même s’est identifié au Temple lorsqu’il a dit: “Démolissez ce temple et en trois jours je le relèverai” (Jn 2,19). Celle de qui naîtra le Fils de Dieu entre donc dans le Temple de Jérusalem pour devenir également un temple et se préparer à recevoir le Mystère du véritable Temple en elle, mystère de la Présence divine qui deviendra humaine en sa chair.

Pour nous également, toute rencontre avec Jésus demande une préparation. Une mise à l’écart est nécessaire pour que l’Esprit Saint, qui a besoin d’un espace silencieux, puisse nous révéler la Présence du Dieu-Trinité dans notre temple intérieur. “Si quelqu’un m’aime, nous promet Jésus, il observera ma parole et mon Père l’aimera; nous viendrons à lui et nous établirons en lui notre demeure” (Jn 14,23).

 

Marie nous précède sur ce chemin de foi!
Laissons-nous guider par elle!