chemins_de_vie

Il y a autant de chemins

qui mènent à Dieu

qu’il y a de personnes.  

Benoît XVI

Vient un temps dans la vie où on se questionne sur son avenir, sur le sens de son existence, sur le but de sa vie.  La réponse germe déjà à l’intérieure de soi. Comment la reconnaître?

Par ses attraits

Par ses capacités

Par les ouvertures qui s’offrent

Par le bonheur ressenti

 

Dispositions

L’écoute de ce qui se passe à l’intérieur de soi dispose à reconnaître son chemin avec courage dans la vérité de son être. Être bien accompagner est une aide précieuse pour discerner la vocation qui pourrait être la sienne.

 

Discernement

Dans le discernement spirituel, trois étapes se distinguent :

Reconnaître – c’est-à-dire prendre le temps de regarder les faits, se familiariser avec les différentes possibilités

Interpréter – faire une lecture de ses faits selon son vécu propre

Choisir

 

Complémentarité des vocations

Toutes les vocations sont complémentaires!  Chaque état de vie, que ce soit le célibat, le mariage et la famille, la vie consacrée, la prêtrise reflète une facette d’un même diamant qu’est l’Amour de Dieu. 

 

L’appel

Un élément important éclaire le discernement lorsqu’il y a un cheminement de foi : l’appel. 

 

Comment Dieu m’appelle-t-il à refléter la beauté de son Être

dans le monde d’aujourd’hui?

 

La foi apporte la confiance que l’état de vie à laquelle Dieu m’appelle est en concordance avec l’être profond de ma personne. Ce chemin, quel qu’il soit, conduira à l’épanouissement de ce que je suis et appelé(e) à devenir. Car Dieu me connaît plus que quiconque…

 

Vie consacrée

L’appel à la vie consacrée consiste à choisir le Christ comme centre de sa vie. La croissance se nourrit et s’appuie sur une expérience profonde de Dieu dans la foi. Les vœux en est la caractéristique. Ce sont trois manières de s’engager à vivre comme le Christ a vécu dans des domaines qui recouvrent la vie tout entière:

– les biens (vœu de pauvreté), les affections (vœu de chasteté), l’autonomie (vœu d’obéissance).

Le vœu de chasteté dans le célibat est le fondement de toute forme de consécration. Les vœux de pauvreté et d’obéissance se greffent également pour la vie religieuse.

La vie consacrée prend plusieurs formes aujourd’hui : 

– laïcat consacré, vierge consacrée, vie apostolique, vie missionnaire, vie contemplative.

 

Vie contemplative

Les contemplatives (les moniales et les moines) expriment le visage contemplatif de l’Église par leur mission de prière. La prière quotidienne en communauté vécue dans la Liturgie des Heures, dans la méditation de la Parole de Dieu, dans une prière d’adoration et d’intercession façonne leur vie. Leur vie fraternelle exprime le désir de vivre l’amour selon le Royaume de Dieu.

 

En tant que Recluses Missionnaires, «notre vie contemplative

constitue notre façon particulière d’être Église,

d’être missionnaires au cœur de l’Église» 

Règle de vie.

 

Si tu portes un questionnement sur la vie contemplative, 
voici quelques éléments qui pourraient t’éclairer.

  

Étape de discernement

Vivre des séjours à l’hôtellerie du monastère permet de voir comment les sœurs vivent et prient ensemble. En dialoguant avec une recluse, des questions peuvent être éclaircies. S’il y a un intérêt et une possibilité réelle, commence alors un processus de discernement.

Quelques conditions sont requises au préalable. (Voir: Critères vocationnels)

 

Formation initiale

La formation initiale s’étend sur une période de 3 ans:

– le postulat (8-12 mois),

– et le noviciat (2 ans).

Chaque étape permet d’approfondir l’appel et favorise une adaptation progressive. Les études sont réparties de manière à toucher les différentes dimensions de la vie de Recluse. Le but est de préparer aux premiers Vœux par une connaissance vécue permettant une meilleure prise de conscience de l’identité reclusienne.

 

Première Profession et Profession Perpétuelle

La première profession exprime le désir de consacrer sa vie au Christ dans cette forme de vie. Les vœux sont temporaires, car ils se renouvellent annuellement pendant 5 ans. Cette période permet d’enraciner son choix et de se laisser davantage former à l’image du Christ.

La profession perpétuelle confirme définitivement l’appel de Dieu. La recluse engage alors librement toute sa vie à la suite de Jésus pour «demeurer avec lui» et participer à sa mission d’adorateur et d’intercesseur. Le centre de sa vie est Jésus-Christ.

 


«La formation vise à la croissance intégrale de la personne,

harmonisant prière, étude et travail 

avec l’apprentissage d’une vie contemplative et communautaire.»

Règle de Vie, 69