Chemins de prière – La façon inappropriée de prier

English follows


La façon inappropriée de prier



Dans la parabole du pharisien et du publicain selon l’Évangile de saint Luc, Jésus nous apprend indirectement la façon inappropriée de prier.


O Dieu, je te rends grâces de ce que je ne suis pas comme les autres hommes, qui sont voleurs, malfaisants, adultères, ou encore comme ce publicain. Je jeûne deux fois par semaine, je paie la dîme de tout ce que je me procure.

Luc 18, 10-14

La prière n’est pas la récitation d’une liste

Le pharisien de la parabole s’adresse une prière à lui-même. La prière est plutôt une conversation avec Dieu. Le pharisien, lui, n’est pas dans une relation à deux. Il récite une liste, comme s’il lisait le relevé d’un compte bancaire. La prière n’est pas de la monnaie. Elle n’est pas quelque chose à accumuler, comme pour prouver sa valeur, surtout par rapport à quelqu’un d’autre.


La prière n’est jamais une comparaison, ou un spectacle, parce que la prière n’est pas un acte superficiel.


Elle est un acte intime, une conversation silencieuse dans le moment présent : Dieu – moi – maintenant.

La prière rend vulnérable

Dans la prière nous nous mettons dans un état de vulnérabilité, comme le publicain. Dans cette vulnérabilité nous pouvons ressentir la peur, l’hésitation, même un sentiment de désorientation, comme si nous entrions dans un territoire inconnu.

Nous pouvons avoir la tendance à rester superficiel, à mettre en place un bouclier de comparaisons, dresser une liste de nos caractéristiques grandioses ou de nos fautes, inventer des excuses, masquer notre vrai “moi” avec des mots.

Mais, une conversation avec Dieu n’est pas un lieu inconnu pour notre cœur. Notre cœur connait très bien son Créateur. Il est fait pour être en communion avec Lui.

Nous pouvons donc nous approcher de Dieu sans peur. C’est dans notre vulnérabilité que Dieu révèle sa propre vulnérabilité. Et c’est dans cette profondeur que Dieu nous attend.


Quand il s’agit de prière, pourquoi nager dans la superficialité ? Nous sommes faits pour “avancer en eau profonde et jetez nos filets” (Luc 5,4) – afin que nous puissions être immergés dans la profondeur et être remplit de l’amour de Dieu. 


Qu’est-ce que la vulnérabilité ?

Du latin vulnerare, la vulnérabilité signifie “capacité d’être blessé”. Ce n’est pas un aspect que la plupart des gens désirent ou apprécient, car elle implique la “faiblesse”. Dans la plupart des situations humaines, la faiblesse est gênante.

Nous nous rendons vulnérables seulement à ceux et celles qui nous aiment et nous traitent avec bonté. Par conséquent, être vulnérable devant Dieu est, en fait bon, parce que Dieu EST Amour. Il nous connaît et nous aime parfaitement.

Dieu touche notre être en profondeur, afin que nous aimions plus en vérité. Quand, dans notre vulnérabilité, nous sommes touchés par Lui, nous faisons l’expérience de la purification. Cette purification peut être perçue comme douloureuse, comme une blessure. Mais plus nous sommes purifiés, c’est-à-dire décentrés de nous-mêmes, plus nous pouvons entrer en dialogue profond et vrai avec Lui.


C’est le désir de Dieu que nous entrions dans cette relation avec Lui.


Image de Pixabay


Quand nous sommes vulnérables devant Dieu et laissons Son Amour nous purifier, les blessures deviennent joie. C’est dans cette joie que nous atteignons la certitude de l’amour tant désiré.



Dieu nous attend dans le silence. Notre participation c’est d’être vulnérable devant Lui. Il fait le reste.




Anglais

Pathways to prayer


the inappropriate way to pray



In the parable of the Pharisee and the tax collector in the Gospel of Saint Luke, Jesus indirectly teaches us the inappropriate way to pray.

The Pharisee spoke this prayer to himself : Oh God, O thank you that I am not like the rest of humanity – greedy, dishonest, adulterous – or even like that tax collector. I fast twice a week, and I pay tithes on my whole income.

Luke 18, 10-14

Prayer is not the recitation of a list

The Pharisee in the parable spoke a prayer to himself. Prayer is rather a conversation with God. The Pharisee was not within a relationship. He recited a list of “me” and “not me” as if reading through a bank statement. Prayer is not currency. Prayer is not something that you accumulate, as if to prove your worth, especially your worth in comparison to someone else.

Prayer is never a comparison, or a show because true prayer is not a superficial act.


Prayer is an intimate, more often, silent conversation in the present moment : God – me – now.

Prayer opens to vulnerability

In prayer we place ourselves in a state of vulnerability. As we approach this place we might experience fear, hesitation, even a sense of disorientation, as if we were entering into unknown territory.

And so we may have the tendency to remain superficial, to put up a shield of comparisons, grandiosities, faults, excuses, or shield our true selves with words.

But conversing with God is not unknown territory to our hearts. Our hearts know well our Creator. We were made for this communion, this vulnerability.

So, we can approach God without fear. It is in our vulnerability that God reveals His own vulnerability to us. It is in this depth that He waits for us.


When it comes to prayer, why stay in the shallow pool of superficiality ? We are made to “cast into the deep” (Luke 5:4) – that we may be immersed in the depths and be filled with God’s love.


What is vulnerability ?

From the Latin vulnerare, it means “capable of being wounded”. This is not a characteristic that most people desire or appreciate, because it implies weakness. In the majority of human situations weakness is inconvenient.

We allow ourselves to be vulnerable only before those that love us and treat us with kindness. Therefore, being vulnerable before God is in fact, good, because God IS Love. He knows us and loves us perfectly.  

God touches our being in depth so that we can love more genuinely. When, in our vulnerability before God, we are touched by Him, we experience purification. This purification can be perceived as painful, as a wound. But the more we are purified – the more we are decentered from ourselves – the more deeply we can be in dialogue with Him.


It is God’s desire that we enter in dialogue and in relationship with Him.  


Image from Pixabay


When we are vulnerable before God and we allow ourselves to be purified by His Love, wounds become joy. It is in this joy that we find the certitude of the love we so much desire.



God waits for us in the silence. Our part is to be vulnerable before Him. He does the rest.