Icônes de Sainte Anne

Classé dans : Transfigurés en Christ | 2

Icônes

de Sainte Anne


Connaissez-vous les icônes de Sainte Anne ?

Dans cet article, nous explorerons les quelques icônes où Sainte Anne figure. D’abord, deux représentations nous sont parvenues où elle tient dans ses bras la Vierge Marie. Ensuite l’icône de la Nativité de Marie et celle dite « La rencontre de Joachim et d’Anne », pour terminer avec l’icône de la Présentation de Marie au Temple.

Mais d’abord, un petit tour d’horizon sur l’enracinement historique de la dévotion à la grand-mère de Jésus.


DÉVELOPPEMENT HISTORIQUE

Le culte de Sainte Anne apparaît dès le VIe siècle dans des liturgies orientales et, au VIIIe siècle dans les liturgies occidentales. Son culte se généralise avant la fin du XIVe siècle avec la propagation des récits de La Légende dorée du dominicain Jacobus de Voragine.

Les noms des parents de la Vierge Marie nous viennent, non des Évangiles, mais d’un écrit apocryphe du IIe siècle : Le protévangile de Jacques. La tradition a conservé ces noms : Joachim – « Dieu accorde », et celui d’Anne – « La grâce, la gracieuse ».


SAINTE ANNE AVEC LA VIERGE

Reproduction par sr Jacqueline Poirier, r.m.

Icône du 15e siècle – Musée Benaki, Athènes

Commençons notre exploration par cette icône nommée : Sainte Anne avec la Vierge.


Le peintre de cette icône se nomme Emmanuel Tzanes. L’œuvre témoigne de la continuité des grands maîtres de l’art byzantin.

La composition de l’icône est similaire aux Vierges de tendresse, si populaires et nombreuses.


Bien que Anne tienne dans ses bras la petite Marie comme si elle nous la présentait, celle-ci est représentée non dans un corps d’enfant, mais plutôt dans celui d’une adulte. Elle a atteint sa pleine maturité en Dieu et peut porter à terme la mission qui lui sera demandée lors de l’Annonciation.

La fleur que Marie tient à la main et qui symbolise le Christ n’est pas un motif traditionnel mais plutôt une innovation du peintre. Voici Celui vers qui la Vierge nous invite à nous tourner, le Fils qu’elle enfantera et qui fera toutes choses nouvelles (Ap 21,5).


Dans cette représentation iconographique plus récente, Sainte Anne est enveloppée d’un maphorion foncé. Elle tient dans ses bras une petite Marie vêtue de blanc. La tendresse qui se dégage nous invite à la confiance.
Icône écrite par une associée

ICÔNE DE LA NATIVITÉ DE MARIE

Cependant l’icône de Sainte Anne qui figure dans l’iconostase, ce mur d’icônes dans les églises orthodoxes, est plutôt celle de la Nativité de la Mère de Dieu.


Cette icône montre une femme, Anne, sur un lit après l’accouchement. Les sages-femmes s’occupent d’elle et de la nouveau-née. Elles apportent à Anne de la nourriture et l’aident à trouver une position confortable. Saint Joachim peut paraître dans le tableau, mais pas toujours.

Dans l’article sur l’icône de la Nativité de la Vierge Marie, une description plus approfondie s’y trouve.


École de Novgorod


RENCONTRE DE JOACHIM ET D’ANNE


Une autre icône où figure Sainte Anne est celle de la rencontre de Joachim et d’Anne avant la conception de Marie. L’accolade des deux époux signifie le renversement de l’infertilité d’Anne. De son sein stérile, symbole de non-vie, naîtra celle qui enfantera Jésus, le Verbe de Vie.

Icône écrite par la main de Michèle Lévesque, iconographe.

Lien de la photo de l’icône dans le site ci-dessus : http://www.perichorese-icones.org/ALBUM/ImagesAlbumFlickr/2006-2007_AnneJoachim_perichorese.org.jpg

Le Protévangile de Jacques relate l’affliction du couple Joachim et Anne sur leur stérilité. Après le refus de son offrande au temple, Joachim se retire quarante jours au désert, sans en avertir Anne.

Au terme de cette période d’imploration, des anges révèlent à Anne que Dieu a entendu sa prière de supplication.

Au même moment, des anges en font également l’annonce à Joachim. C’est alors qu’il décide de revenir à la maison, consolé de cette promesse.

Sous l’impulsion de l’annonce des anges, Anne quitte sa maison et va à la rencontre de Joachim. Cette icône illustre donc cette rencontre remplie de tendre affection.


Cette icône porte également le nom de « Icône de la Conception de Marie ».


PRÉSENTATION DE MARIE AU TEMPLE

L’écrit apocryphe du IIe siècle relate également les événements de l’enfance de Marie.


Pour terminer notre exploration, Sainte Anne avec Saint Joachim se retrouvent dans une dernière icône, celle de la Présentation de Marie au Temple, épisode également tiré du Protévangile de Jacques.


Notre article sur cette icône permet d’aller plus loin.


École de Novgorod


PRIÈRE ET CONTEMPLATION

« Joachim et Anne, heureux votre couple! Toute la création est votre débitrice. C’est par vous qu’elle a offert au Créateur le don supérieur à tous les dons, une mère toute sainte, seule digne de celui qui l’a créée. »

Extrait d’une homélie de saint Jean de Damas – Office des Lectures


Fêtons Anne et Joachim, les parents de la Mère de Dieu, par eux nous est venue la bénédiction promise à tous les peuples.

antienne d’ouverture de la liturgie eucharistique du 26 juillet

2 Responses

  1. Raymond Tanguay

    Comme il fait bon de se laisser attendrir par ces superbes icônes qui nous rappellent que le couple d’Anne et Joachim ont évolué dans un atmosphère unique de douce affection. N’est-ce pas ce beaume de douceur qu’ils ont transmis à Marie et qui a empreint toute sa vie?

  2. Denise Bilodeau

    Faire connaître cette belle histoire, honorer nos aïeux, en parler pour vivre plus glorieux devant la grandeur de notre existence !
    Merci…