J’ai soif – 1er Article

Classé dans : Famille reclusienne, J'ai soif | 4

Depuis septembre 2023, les Adoratrices et Adorateurs Missionnaires de la Famille Reclusienne animent leurs rencontres mensuelles avec le thème « J’ai soif ». Merci à Cécile Légaré de nous partager sa réflexion! Voici le 1er Article de 5.


En préparant mon exposé, j’ai réalisé que le thème de la soif est d’une richesse insoupçonnée.
Cécile Légaré
AMFR

L’eau dans l’Ancien Testament

Une bonne partie de l’Ancien Testament réfère à l’eau. Dans le livre d’Osée chapitre 6, verset 3, Yahvé est comparé à une pluie de printemps ou encore aux eaux fraîches qui s’écoulent des montagnes. Les puits et les sources du désert sont montrés comme des lieux de joie et d’émerveillements où s’opèrent parfois des rencontres significatives. L’amour y naît et des mariages s’amorcent comme dans l’histoire d’Éliézer et Rébecca.

Abraham désire marier son fils, Isaac, à une fille de son pays d’origine, la Chaldée. Il charge alors son serviteur, Éliézer, de s’y rendre pour trouver la fiancée idéale. Ne sachant pas comment procéder, Éliézer demande l’aide de Dieu qui le dirige vers un puits où se trouvent plusieurs jeunes filles. Toutes l’ignorent, sauf une, Rébecca, qui lui offre de l’eau pour lui et ses chameaux. Éliézer reconnaît en elle la future épouse et la conduit à Isaac.

Livre de la Genèse 24, 1-67

Signe de bénédiction

Dans l’Ancien testament, l’absence d’eau est aussi mentionnée et le désert aride souligne les relations de Dieu avec son peuple. L’eau y apparaît comme le signe d’une bénédiction dans des moments de sécheresse. Par exemple, Agar et son fils, Ismaël, chassés par Abraham, sont condamnés à errer dans le désert. Assoiffés et épuisés, ils s’adressent à Dieu qui les dirige vers un puits pour les désaltérer. Leurs prières provenant d’un désir spirituel montrent Dieu comme une source d’eau bienfaisante.

L’eau peut également ravager et engloutir. Son déchaînement résulte alors de la colère de Dieu qui veut punir les pécheurs en épargnant les justes. En ces moments, l’eau détruit pour mieux reconstruire, engendrant une humanité nouvelle. L’exemple du déluge en témoigne. Le déluge est lié aux fautes des humains. Dieu, déçu de leur méchanceté a décidé de les anéantir par l’eau, ainsi que tous les animaux. Toutefois, Noé, le juste, trouve grâce. Dieu lui propose donc de construire une arche et de s’y réfugier avec un couple de chaque espèce animale pour y survivre et perpétuer la lignée. (Genèse, chapitres 6 à 9)


L’histoire de Moïse exprime la même réalité. Le pharaon qui avait ordonné la mort de tous les nouveaux-nés mâles du peuple hébreu a été vaincu par la puissance de Dieu. Abandonné par sa mère qui a voulu l’épargner, Moïse a été sauvé par la propre fille du pharaon qui l’a découvert dans un panier flottant sur les eaux (Exode 2, 1-10). Miraculé, il a eu la mission de délivrer son peuple de l’esclavage et de préparer la voie à la venue du Messie.


Réflexion

  • Qu’est-ce qui vous a particulièrement interpellés dans cette présence de l’eau dans l’Ancien Testament?
  • Quel message de Dieu y voyez-vous?

4 Responses

  1. Élaine Chalifoux

    Celui qui assouvit toutes nos soifs c’est Dieu Lui-même. Quand Jésus, sur La Croix cri sa soif, c’est celle de nos âmes qui Lui sont comme d’autres Lui-même.
    Merci pour vos pistes de réflexion.
    Élaine

  2. Pauline landry

    Merci, dans la prière et dans les écrits, je retrouve la paix intérieure.

  3. Diane

    J’ai toujours un malaise quand il est question du Dieu punisseur et de la manifestation de la colère de Dieu comme dans le texte que vous avez partagé. Je ne vis pas ma relation à Dieu ainsi. Je fais plutôt l’expérience d’une relation à Dieu bienfaisante et qu’il m’accompagne dans les moments difficiles avec un amour inconditionnel.

  4. Diane

    Mille mercis pour ces textes de réflexion.

Laisser un commentaire